Marathon de Boston : Kathrine Switzer, à jamais la première

Par : Laurent MATHIEU - jeudi 11 avril 2024 - Par : Laurent MATHIEU - jeudi 11 avril 2024
# chat_bubble

Marathon de Boston : Kathrine Switzer, à jamais la première

Marathon de Boston : Kathrine Switzer, à jamais la première

Par : Laurent MATHIEU - jeudi 11 avril 2024 - # chat_bubble

Marathon de Boston : Kathrine Switzer, à jamais la première

1967, Kathrine Switzer prend le départ du marathon de Boston avec le dossard 261, à l'insu des organisateurs qui, à cette époque, n'acceptent pas les femmes au départ de la course. Le directeur de course tentera en vain de la stopper, et la photo fera le tour du monde. Retour sur l'acte fondateur du marathon féminin.

En 1966 une certaine Roberta 'Bobbi' Gibb réussit à courir le marathon de Boston, mais sans y être inscrite. Cela donne des idées à la jeune Kathrine Switzer, coureuse et étudiante en journalisme à l'université de Syracuse, qui à l'habitude de s'entraîner au cross-country avec les garçons. Pour passer sous les radars, elle s'inscrit avec ses initiales et obtient le dossard 261, un chiffre qui deviendra un symbole de l'émancipation des femmes à travers le sport.

Au départ, malgré son maquillage et son allure féminine, personne ne lui fait obstacle, et elle s'élance en compagnie de son entraîneur Arnie Briggs et de son petit ami Tom Miller. C'est quelques kilomètres plus tard qu'elle est rattrapée par la patrouille, lorsque le car officiel des journalistes et de l'organisation arrive à son niveau.

Fou-furieux, le directeur de la course Jock Semple tente de la retenir et de lui arracher son dossard, ou en hurlant 'Tirez-vous de ma course et donnez-moi ces numéros'. Le petit ami de Kathrine Switzer, le solide Tom Miller, lanceur de marteau, joue les garde du corps et il éjecte l'organisateur indélicat.

La photo de la scène qui se déroule devant le car des journalistes fera le tour du monde. Le magazine Life citera quelques années plus tard ce cliché parmi les 100 photos qui ont changé le monde.

Après cet incident, Kathrine Switzer n'a plus le choix, elle doit finir. 'Je pleurais, j'étais terrifiée, mais je savais que si j'abandonnais la course tout le monde dirait : vous voyez les femmes s'obstinent à imposer leur présence dans des domaines où elles ne sont pas les bienvenues et qui les dépassent.'

Le long du parcours les réactions sont très contrastées, et sa présence ne laisse pas indifférente. Elle rapporte qu'un homme a vociféré 'Vous devriez être chez vous, pour préparer le repas à votre mari' tandis qu'une femme s'est jetée à genou sur la route en criant 'Vas-y chérie, vas-y cours, fais le pour nous toutes !'

Malgré toutes ces émotions, elle rallie l'arrivée en 4h20 et elle devient la première femme a terminer offciellement un marathon. Cette performance lui vaut d'être suspendue par l'AAU (la Fédération Américaine d'Athlétisme), qui interdit aux femmes les courses sur route.

Switzer n'abandonne pas la partie. Elle crée une association de coureuses féminines sur route, met en place des courses, milite auprès de l'association d'athlétisme de Boston. Elle obtient finalement gain de cause en 1972, lorsque le marathon de Boston s'ouvre officiellement aux femmes. Suite à cela le marathon féminin deviendra une discipline olympique en 1984 à Los Angeles.

Durant toutes ces années, elle continue de s'entraîner et de figurer parmi les meilleures marathoniennes. En 1972, lors de la première édition elle termine 3e du marathon de Boston, puis elle remporte la victoire féminine au marathon de New York en 1974, avec un temps de 03:07:29. Son record personnel elle l'établit en 1975 à Boston en 02:51:37.

Sportive invétérée, elle revient au départ du marathon de Boston, le 17 avril 2017, à 70 ans - 50 ans après sa première participation -. A cette occasion, elle court pour la neuvième fois le marathon de Boston, avec le même numéro de dossard qu'en 1967, et elle termine en 04:44:31, soit 25 minutes de plus que 50 ans plus tôt.

'Cet évènement à changé ma vie. Sur la ligne de départ j'était une jeune fille, et à l'arrivée j'étais une femme.'


link Vidéo : Kathrine Switzer, une course pour la liberté
Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Abonnez-vous à la newsletter

Restez informé de ce qui se passe sur la planète marathon !